AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Animation] Bride of Deimos (Madhouse)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'autre

avatar

Messages : 3650
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 137
Localisation : Citadelle des Nibelungen

MessageSujet: [Animation] Bride of Deimos (Madhouse)   Sam 3 Déc - 9:25

Pinta a écrit:
L'autre a écrit:
Discutons Bride of Deimos!
C'est pas faute d'avoir des choses à aborder, mais comme tu es celui qui a posté la vidéo, j'attends une première explication de ta part (pourquoi, quand, comment).
Et voir si je peux y ajouter quelque chose ou juste opiner du chef. lol!

Allons-y alors ! : )

Je précise que je ne suis pas un spécialiste de l'animation comme peuvent l'être certains, mêlant précision et érudition, mes connaissances sont parcellaires, un genre de galerie souterraine, subjective et passablement influencée par mon analyse socio-politique,  autant dire que pour me comprendre il faut avoir signé la décharge de toute responsabilité éditoriale dont je devrais marquer mes interventions sur la toile. Ceci dit, de le dire, ça casse l'effet péremptoire du spécialiste, disons que je suis un genre de secrétaire de rédaction de la secte Parabellum Advanced Otaku. Je viens en paix.



Deimos no Hanayome : Ran no Kumikyoku (Bride of Deimos/ La mariée de Deimos)

En animation, pour me capturer il faut deux fées minimum, l’animateur de talent et le scénariste/réa qui n’a pas été élevé à la diarrhée. (oui je sais c’est dégueu, mais j’en ai plus rien à foutre, ouvrez vos chakras). Et ici on a les deux, Hamasaki Hiroshi et Rintaro via Madhouse.



Le premier est un de ces artistes de l’ombre, dont les œuvres auxquels il aura participé en artisan soigné ont été des succès, citons X (Storyboard et épisode Director),  Vampire Hunter D (directeur animation), je vous renvoie à sa fiche. Il a un sens précis de l’animation, c’est un dessinateur dont le style se rapproche d’un Nobuteru Yuki (pour ceux qui patinent, CharaD sur Lodoss War et Gunm, entre autre), avec un sens plus réaliste et orienté Shojo, voir Seinen sombre, un Gekiga féminin qui n’est pas sans rappeler le maître Amano (une arborescence se dessine, celle d’une école, j'ai envie de pleurer). Je regrette que son tallent ne soit pas employé sur des séries/OAV ambitieuses, sans doute à cause des réa qui ont trop mangé de [bip], ou tout simplement morts. C’est con, surtout  au pays des centenaires, enfin bref, je m’égare dans mon terrier. (cast de rêve avec Oshii, Amano, Miya... Rêve, c'est tout ce qu'il te restera!)

Et cet animé est une adaptation d’un manga, et de surcroit d’un Shojo, ce qui est en général un signe d’intérêt (passé 12 ans, le shonen est d’un ennui qui pousse à l’automutilation...).


Le manga semble avoir un succès qui dépasse l’estime, il semble qu’il y ait aussi une adaptation en roman (à vérifier).

Voilà pour le hameçonnage dont j’ai été le poisson.

Sur l’animé sortie en 88 deux critiques : trop court, on croirait regarder un résumé de l’épisode précédent, résumé qui dure 32 minute… x_x Certainement un problème de budget qui aura ruiné l’adaptation. Délayé sur 3 épisodes, étant donné les idées sublimes de mise en scène condensées dans cette demi-heure, l’ouvrage aura été d’anthologie. La deuxième c’est de s’être arrêté là. Quel était le but de cette OAV ? Répondre à une commande de l’éditeur (Akita Shoten)?



Passé ces deux escarmouche, l’ouvrage est sublime, sinueux et obscure comme le sont souvent les Shojo aux limites de l’épouvante, ici la psychologie (là on est dans l’école japonaise, Freud peut aller manger ses bas de laine et son opium) est le prétexte à l’intervention d’un ange effondré, Bride of Deimos est un cauchemar.
L’œuvre aurait pu être aussi belle qu’un Tenshi no Tamago, elle en avait le potentiel, mais voilà Rintaro est trop conventionnel, c’est peut-être la critique générale des réalisateurs de l’animation japonaise, ils n’avaient pas cette acuité des mangaka à observer l’obscurité (excepté quelques rares comme Otomo, Miya, Oshii et peut-être Yoshiaki Kawajiri, responsable de l’épisode Running Man de Manie-Manie.). Cette différence de qualité entre le manga et l’animé est d’autant plus visible aujourd’hui où l’animation japonaise à totalement perdu toute lettre de noblesse (à l’image de l’art en général). (quelques rare cas comme Mamoru Hosoda font de la résistance, mais ça ne va pas durer.)

L'OAV (qui reprend précisément un épisode du manga) n'est pas sans rappeler le film de Truffaut "la Mariée était en noir":





Pour conclure, je reviens sur mon leitmotiv: L'animation japonaise est décédée.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pinta

avatar

Messages : 474
Date d'inscription : 24/11/2011
Age : 39
Localisation : France

MessageSujet: Re: [Animation] Bride of Deimos (Madhouse)   Sam 3 Déc - 21:04

Comme à ton habitude, tu maîtrises les sujets qui te passionnent, et tes analyses sont précises et illustrées.

Cela a son revers, pour des pingouins comme moi, il faut arriver à suivre et surtout demande de digérer de nouvelles informations.
C'est la troisième fois que j'en ai fais la lecture, aujourd'hui, et mon avis est toujours en réflexion.

Si ma volonté de s'élever est bien là, cela ne suffit pas pour être à la hauteur du sujet pour autant, car je t'avoue que tu as fait mouche à plusieurs endroits.
Cela confirme, une fois de plus, cette fascination mélangée à part égale à de la jalousie, que je te porte depuis tout ce temps.
On ne nait pas tous égaux, et reconnaitre le talent, surtout lorsqu'il est sur une autre échelle, donne toujours un arrière goût d'échec définitif.

Tout cela pour te dire que je vais bien y réfléchir avant de tenter d'écrire quoi que ce soit.

... calcul en cours ... lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pinta

avatar

Messages : 474
Date d'inscription : 24/11/2011
Age : 39
Localisation : France

MessageSujet: Re: [Animation] Bride of Deimos (Madhouse)   Dim 11 Déc - 18:07

Bon, bah... erreur 404' lol!

J'ai passé une partie des soirées de ma semaine a rechercher les différentes sources que tu nous cites. Ne serait-ce que pour améliorer ma "culture générale".
L'entreprise est difficile, pour ne pas dire impossible en si peu de temps.

Au delà du Tuba et des palmes, il faut avoir la possibilité de descendre en profondeur en dessous de l'Iceberg, et à moins de retrouver et suivre au pas près chacune de tes découvertes, je dois me résoudre à une lente consultation des différents indices.

Hamasaki Hiroshi, à voir le parcours fourni, je n'en connais que Space Dandy, Metropolis et Terra formar.
Je ne connais pas vraiment le reste, donc je m'abstiendrais de donner un avis précipité sur le monsieur.

Le manga est "facile" à trouver, habillé du bandeau et du chapeau de corsaire, j'en ai déjà commencé la lecture.
L'esthétique à la Glass no kamen pourrait rebuter des légions entières, mais ayant déjà eu de bonnes surprises (Utena), je serre un peu les dents pour le moment.
Ce n'est pas la spécificité du Shōjo, soit rassuré, c'est plus une question de goût personnel. Et pour l'anecdote, je me suis imposé une grosse partie des oeuvres de Tezuka, justement parce que cela me rebutait, et si mon avis reste toujours un peu mitigé sur le maitre du Manga, c'est une clé de compréhension nécessaire pour mieux comprendre l'engouement autour de ses œuvres.
Là aussi, un recul sera absolument nécessaire, d'autant qu'une partie de la mythologie me passe certainement au dessus de la tête (un peu comme le RG Veda de Clamp).

Pour le lien de l'OAV, celui-ci ne m'a pas déplu car on y retrouve vraiment toute cette ambiance rétro de l'époque avec tout ces mystères scénaristiques.
Il faut le remettre face à son époque, et pour 1988, cela devait être du haut de gamme.
La représentation des meurtres pouvaient se permettre d'être plus dures et plus crues, dans cette période, et bien que ce ne soit pas quelque chose que j'apprécie spécifiquement, cela ajoute surtout au réalisme et à la tension de certaines situations (en tout cas moins Facepalm que la violence édulcorée Hollywoodienne).
Là aussi, je ne donnerais pas un avis définitif, mais le rythme a quand même des défauts et des thèmes qui peuvent faire sourire (sans doute car ils ont été réutilisés à maintes reprises par de la "série B", mais je ne te ferais pas l'affront de citer les titres en question).

Terminons ce post sur ta phrase de fin :
Citation :
Pour conclure, je reviens sur mon leitmotiv: L'animation japonaise est décédée.
Fais tu référence à "Dieu est mort" de Nietzche ?
Voilà encore une de tes phrases que je ne comprends qu'à demi mots. Alors, certes, tout comme le support télévisuel, l'Anime n'aurait pas réussi à tenir ses promesses et son potentiel.
Malgré tout, c'est un vrai casse tête car nos sociétés restent marchandes et nous voilà empêtrés dans des impératifs de survie plutôt que d'élévation, et il est peut être trop tôt pour rêver d'une stabilisation et du libre accès aux besoins de chaque individu à l'heure de gouvernements mondiaux si bordéliques et disparates. Mais c'est un autre débat.

Cela pose aussi deux autres problématiques :
- C'est penser que le Messie ne viendra jamais, ou en tout cas, pas de notre vivant. Défaitisme intéressant, mais un peu trop définitif dans l'absolu.
- Si l'on prend le cas de Miyazaki, les budgets étant plus élevés, les histoires de plus en plus structurées, et les thèmes peaufinés dans la limite du possible, par conséquent, est ce qu'un jeune loup pourra vraiment faire sa place dans un lieu où l'expérience personnelle requise se compte en quarantaine d'années ?
Il va falloir commencer à faire des rites pour créer des Kwisatz Haderach.

Finalement, je ne sais pas trop, car il y a encore des choses surprenantes qui se font (Paprika, Jin-roh, Tenkai, etc...) et bien que certains titres n'ont pas autant de valeur dans mon coeur que certains oldies but goodies (Violence Jack, DevilMan, Gunbuster), il y a des thèmes intéressants dans ce fatras en constante réadaptation (note que je n'emploie pas le terme évolution). Et même de la simple histoire pour jeunes filles peut devenir doucement engagé (Yuri Kuma Arashi ou Jinrui wa Suitai Shimashita).

L'Anime est mort mais reste malgré tout la sous culture la plus dynamique au monde.

C'est dire l'état de notre civilisation. lol!

The end is near ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'autre

avatar

Messages : 3650
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 137
Localisation : Citadelle des Nibelungen

MessageSujet: Re: [Animation] Bride of Deimos (Madhouse)   Lun 12 Déc - 1:42

Le manga est intéressant, c'est un bon auteur de Shojo, même si je n'ai qu'une vision parcellaire du genre, n'ayant lu que ce qui me plaisait. Comme je le précisais plus haut, je suis un mauvais spécialiste, j'en parle en passionné, mon point de vue est arbitraire et marginal.

Mon approche du genre est justement dans la ligné du travail de Tezuka (j'ai dû en lire moins que toi...) qui aura apporté cette noirceur et ce sérieux des thèmes de ses œuvres dont le shojo aura hérité bien mieux (qualitativement) que le shonen, qui est resté raz du planché, très américain en fait, "The Young and the Restless", multipliant les rebondissements et les personnages, à défaut d'avoir quelque chose à raconter.
C'est une des raison pour laquelle le succès du comics au Japon est possible en ce nouveaux millénaire (ajouté à  des générations nées en 2000 de l'occupation américaine du pays en 45), le pays a été préparé par le Shonen. D'une certaine manière l'héritage de Tezuka s'est perdu, les auteurs d'aujourd'hui on pour référence le cinéma américains, la référence à la littérature dans la sub-culture japonaise a disparu (on la trouve encore chez Miya et Oshii, mais c'est tout). Ce cinéma comme référence a pu produire des chefs d'oeuvre chez certains comme Oshii ou Kojima, mais ce sont encore des littéraire en fait. Par contre la génération de mangaka de nos années récentes est bercées de repères mythologiques américain, et ça se sent dans la construction de leurs œuvres qui ne peut pas construire un récit complexe (unité de lieu, de temps, mythes...) on flotte dans du soap, fight et expression de l'identité, comme ci c'était la seule voie de construction de l'être, l'idéologie protestante de l'imposition du moi au monde contre l'héritage des helléno-celtique du voyageur épris de la culture étrangère qui transcende ses propres limites ontologique, c'est l'autre qui me dit qui je suis. Les Avengers contre les Misérables.
Préparé par le shonen qui est une mise en abime d'une structure simple, celle du héros qui résout un problème et qui rentre chez lui, structure qu'on retrouve dans toute la culture anglo-américaine, si cette structure est ludique et jouissive, elle peut devenir un piège quand elle se systématise, se répète (le meilleur exemple c'est StarWars ou The Hobbit qui répète le cadre à l’écœurement.), le Japon en 2016 n'est plus capable de créer du sens, son animation est ludique (Makoto Shinkai, Mamoru Hosoda qui s'ils sont de bon auteurs nous perdent dans des histoires sans fond, le Blackjack ou Atom Boy sont des œuvres qui sont d'une actualité glaçante à l'heure ou l'on veut [url=http://news.nationalpost.com/features/head-transplant[/url] greffer une tête d'un autre corps, c'est là que réside le cœur de l’œuvre artistique japonaise, les témoins de la bombes, les auteurs des années 2000 l'ont déjà oublié.), certes jouissives parfois, mais vides et vouées à l'échec artistique. On empile les disques sans définir notre époque, sans la comprendre.

Donc oui l'animation japonaise est morte et ne produira plus rien. Nihei est le dernier, il aura d’ailleurs dû produire son film Blame! chez Netflix, c'est un signe fort qui illustre mon point de vue.
Et mes voyages récents au pays m'ont montré que dans l'animation et le manga, plus personne ne comprend ce qu'il doit faire. Dans le jeu vidéo la crise est similaire, les récentes affaires Kojima, Team Ico ont montré une grave crise de sens.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pinta

avatar

Messages : 474
Date d'inscription : 24/11/2011
Age : 39
Localisation : France

MessageSujet: Re: [Animation] Bride of Deimos (Madhouse)   Mar 13 Déc - 11:32

Mama Mia ! Shocked
J'ai beau retourner tes paragraphes dans tout les sens, je ne vois pas du tout ce que je peux y redire.

Ce cassage en bonne et du forme, Luke, je m'incline face à ton point de vue.

WASTED Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Animation] Bride of Deimos (Madhouse)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Animation] Bride of Deimos (Madhouse)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Forumshire-the animation
» About Our Paint Shop Pro - Animation Shop Tutorials.....
» Titanic sinking animation
» Slender Man Animation?
» Chrono Trigger Fan Animation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HOBBIES :: BDxMangaxAnimés x Cinemas-
Sauter vers: