AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'autre

avatar

Messages : 3620
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 136
Localisation : Citadelle des Nibelungen

MessageSujet: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Mer 28 Mai - 12:30

Salut à tous,

Godart sort un nouveau film aujourd'hui:



Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai pensé à Oshii en voyant cette bande annonce, peut-être à cause de la musique et du chien. Et chose étrange je viens de lire qu'il y aurait de la 3D dans le film...
Je suis très enthousiasme vis à vis de ce film, sans doute hermétique pour certains, car c'est une œuvre de cinéma, pas un divertissement.

Les critiques sont très partagées, nous verrons... : )

_________________



Dernière édition par L'autre le Dim 1 Juin - 16:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'autre

avatar

Messages : 3620
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 136
Localisation : Citadelle des Nibelungen

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Jeu 29 Mai - 15:51

Que c'est doux à entendre!  Tarantino finira au bourrier!  


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zarbu
--
--
avatar

Messages : 597
Date d'inscription : 11/10/2011
Age : 239
Localisation : Chez Gork et Mork

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Ven 30 Mai - 11:06

En voyant la bande annonce on se dit pourquoi pas, un film qui fait réfléchir c'est pas si courant. Mais quant on voit l'interview... Qu'il est puant ce type, à allumer son barreau de chaise devant le journaliste.
Pour qui fait il du cinéma ? Pas pour le grand public puisque ce n'est pas du divertissement. Pour ses pairs alors ? Bha non, puisque lorsqu'un réalisateur assez unanimement plébiscité lui rend hommage, il lui crache à la gueule. Alors pour qui ? Pour quelques cinéphiles hardcore et des bobos qui veulent passer pour des intellos.

Son film arty branlette va faire vingt mille entrées et le prochain Tarantino deux cent millions.
Alors oui, gna gna, de l'art, gna gna, pas fait pourrait plaire... Moi aussi je fais des trucs qui ne sont pas faits pour plaire, d'ailleurs pour être sur que personne ne les voit, je garde la porte verrouillée tant que j'ai pas tiré la chasse d'eau et que je ne me suis pas lavé les mains.

Et ledit journaliste, ça serait pas ce cher Patrick "la liste" Cohen ? Qui se ressemble s'invite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'autre

avatar

Messages : 3620
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 136
Localisation : Citadelle des Nibelungen

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Ven 30 Mai - 14:33

Tu comprends pourquoi il lui fume son cigare au visage alors?! ; )

Excuse-moi ZArb, mais permet de dire que tu viens de nous gratifier d'un joli couplet "perroquet".
Fais toi ta propre opinion, et si tu veux en parler fais l'effort de comprendre ce que dit un auteur qui ne prend pas les spectateurs pour des idiots au point de pré-macher son discours.

Tarantino est un  tordu qui a participé au bourrage de crane pour imposer l'usage des drogues et au réveil des instincts meurtriers et racistes,
notamment récemment avec Djungo Unchained: "Ce film prépare la guerre raciale à venir."



Et les films de Godart ne sont pas intellectualistes, c'est des conneries, ce sont ceux qui le disent qui le sont et pataugent dans leurs propres frustrations, certainement de ne pas pouvoir déjà produire un discours construit et salvateur. C'est ce qu'on a mis dans la tête des gens pour ne pas qu'on regarde ses films, jugés avant d'être vu, et ainsi ne pas comprendre ce qu'il a à nous dire sur ce que nous sommes, des hommes et femmes libres, intelligentes et doués de vertus qui dépassent le conditionnement auquel nous nous soumettons.
Regarde les films de Godart, Tufffaut, et tu comprendras pourquoi le système n'en veut pas. Godart n'a jamais reçu aucun prix pour ses films à Cannes, à part ce coup-ci, par lâcheté. Alors que c'est le réalisateur qui a inspiré une très grande majorité d’artistes, et notamment en marge, en ce qui nous concerne, les réalisateurs d'animés, comme Oshii, Miya, Kon, Matsumoto...
Et même la nouvelle génération actuelle, en l’occurrence mes amis au Japon, artistes, ne jurent encore que par la nouvelle vague Française, avec des films que ni moi ni toi ne connaissons, bien que français. Des films comme Zazi dans le métro:


Mais ne soit pas surpris, tu as été  élevé avec la culture US, d'une certaine manière tu es américain, comme tout ceux qui sont né depuis 1950 dans des pays occupés massivement par la culture américaine et qui n'ont pas fait l'effort de déconstruire cette colonisation des consciences. Et comme toi à 15 ans je pensais la même chose, jusqu’à ce que je me familiarise avec le nouveau roman, et que je comprenne son langage.
L'homme est fait pour aimer, penser, créer, partager, organiser, c'est le pasteur du monde. Mais c'est vrai qu'aujourd'hui il se résume grosso modo, à un tube digestif qui se gave et sacralise la merde.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zarbu
--
--
avatar

Messages : 597
Date d'inscription : 11/10/2011
Age : 239
Localisation : Chez Gork et Mork

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Sam 31 Mai - 0:11

J'ai vu Django au cinéma et je n'ai pas eu envie de tuer des noirs à la sortie et, peut être parce que je ne suis pas américain justement, je n'ai pas tout compris à la démonstration du monsieur non plus. Ainsi donc après Inglorious Bastards, il faudrait avoir envie de tuer des blancs ? Merde, les jeunes qui jouent à GTA écrasent donc vraiment des piétons  ?

Je ne suis pas fan de Tarantino, à part Pulp Fiction qui est l'un de mes films préférés. Je l'ai vu à plusieurs reprises et je n'ai jamais eu envie de me droguer, la scène de l'overdose aurait tendance à calmer ceux qui seraient tentés d'ailleurs.
Je ne suis pas fan de Oshii non plus. Pourtant Avalon par exemple avait tout pour me plaire, de la thématique à la réalisation. Pourtant, il est au final assez mou et pas mémorable... Même son Ghost in the shell est trop mou (sans parler d'Innocence). Miyazaki, oui. Entre Sherlok Holmes et Chihiro, j'en ai vu plein et ce sont tous des bijoux (tiens Ghibli a un succès fou d'ailleurs, le monde sacralise la merde ?). Kon, j'ai juste vu Perfect Blue. Rien à dire, c'est excellent (j'espère juste que ça ne donne pas trop envie de devenir fou  Razz ). Matsumoto, je connais seulement Albator, que j'adorais quand j'avais six ans.

Je ne parlerais pas de Godard car tu as raison, je ne le connais pas. Mais, et tu as raison encore sur ce point, son nom incarne dans l'inconscient collectif le cinéma français dans ce qu'il a de péjoratif. Des films avec un ou deux pauvre décors, le sempiternel thème de l'infidélité, des acteurs formés au théatre qui surjouent (ou qui jouent mal), des enjeux et du suspens du niveau "pensera-t-il à aller acheter le pain", un budget bien trop élevé pour tout ça, financé avec de l'argent public et qui fera un bide en salles.
C'est que ça bouffe un acteur. Puisque le théatre n'est plus à la mode et qu'on ne peut pas payer les intermittents à rester chez eux ad vitam, il faut bien leurs financer quelques films. Tu connaissais Julie Gayet avant "l'affaire" ? Elle n'a joué que dans des films de ce genre, inconnus et déficitaires, et ils sont nombreux comme elle.

L'autre a écrit:
Tu comprends pourquoi il lui fume son cigare au visage alors?! ; )
Je l'ai ressenti comme un manque de respect envers l'auditeur, l'interviewer n'étant qu'un média entre l'interviewé et l'auditeur, il est transparent (il est censé l'être en tout cas).
Et quand on lui parle de Tarantino il répond du tac au tac "il n'a pas payé". Alors qui est frustré ?

La thune, tout ça n'est qu'une question de thune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'autre

avatar

Messages : 3620
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 136
Localisation : Citadelle des Nibelungen

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Sam 31 Mai - 19:50

Zarbu a écrit:
J'ai vu Django au cinéma et je n'ai pas eu envie de tuer des noirs à la sortie et, peut être parce que je ne suis pas américain justement, je n'ai pas tout compris à la démonstration du monsieur non plus. Ainsi donc après Inglorious Bastards, il faudrait avoir envie de tuer des blancs ? Merde, les jeunes qui jouent à GTA écrasent donc vraiment des piétons ?

Tu as mal suivi, c'est un film qui excite l'agressivité des descendant d'esclaves. C'est normal que tu n'est rien ressenti. Encore plus parce que c'est une histoire qui ne nous concernent pas intimement.

Alors je n'ai pas retrouvé la vidéo, je dois l'avoir par là. Celle du témoignage de Tarantino Himself lors de la présentation de Inglorious Bastard à Telaviv, où l'audience à hurler des cries d’encouragements féroces lors de la scène du massacre dans le théâtre nazi. Il témoigne qu'il a été horrifié par ce déversement de haine et de violence de la part du public auquel il ne s'attendait pas. Tarantino est un américain et un enfant. Il s'imagine que parce qu'il est l'un et l'autre, on doit s'intéresser à lui de facto. La fille Coppola pourrait en témoigner.
La violence au cinéma ou dans les jeux vidéos ne crée pas des gens violent, elle habitue l'audience à la violence qui fini par l'acceptée comme ces jours ci ou plus d'une centaine d’ukrainiens de l'est ont été assassinés par l'armée Ukrainienne soutenu par l'occident à coup de Mi-24. Les tireurs d'élites qui tirent sur la foulent, les pseudo révolutionnaires syriens, la destruction de la Libye....Et ce la ne choque personne. Cela fait parti du décors aujourd'hui. "Chérie on part où en vacance cet été?"

Un film qui montre la folie de la guerre c'est Full Metal Jacket et à ce jours rien de tel n' a été fait sur la seconde  et première guerre mondiale. Tarantino a fait un film dé débile mental qui n'en a rien à foutre de l'histoire et de  ceux qui y sont morts à cause de la folie de ses dirigeants. Et son film n'est pas le seul, ils réécrivent l'histoire depuis 60 ans en inversant les rôles: Cf. Monument man. http://www.voltairenet.org/article9534.html ou encor le financement d'Hitler par les fortunes privées US...

Et à propos des drogues, ne pas faire le liens entre la hausse de la consommation de cocaïne (le prix a été fortement baissé depuis la relance de la production afghane) chez les jeunes aujourd'hui et la campagne de propagande qui a été faite depuis 25 ans au cinéma, serait un manque de sens des causalités et de l’observation des faits. Par exemple à Paris ou à Londres, les jeunes bourgeois et classe moyenne aisée boivent de la MDMA ou sniffe de la cocke, fumer c'est out of fashion.
Et tu n'est pas devenu drogué, comme la plupart des jeunes qui ont vu le films, mais la populations qui étaient sensible au drogues à dérivée vers les drogues dures en partie grâce à la publicité et à la baisse des prix déplaçant in fine les jeunes consommateurs border line vers le crack,le crystal, Crocodile... qui sont aujourd’hui les drogues mise en avant par la mode comme on peut le voir avec la mouvance acidpop:



(bon moi j'adore)

mouvement inauguré par l'intronisation de groupe ultra underground des ghetto US comme Salem (mouvance Witch House proto Hiphop) par les producteurs qui avaient intronisé  Marilyn Manson hier et Lady gaga aujourd'hui:


( là aussi j'adore.)

Zarbu a écrit:
Matsumoto, je connais seulement Albator, que j'adorais quand j'avais six ans.

Je me suis trompé je pensais à Morimoto.

Citation :
Je ne parlerais pas de Godard car tu as raison, je ne le connais pas. Mais, et tu as raison encore sur ce point, son nom incarne dans l'inconscient collectif le cinéma français dans ce qu'il a de péjoratif. Des films avec un ou deux pauvre décors, le sempiternel thème de l'infidélité, des acteurs formés au théâtre qui surjouent (ou qui jouent mal), des enjeux et du suspens du niveau "pensera-t-il à aller acheter le pain", un budget bien trop élevé pour tout ça, financé avec de l'argent public et qui fera un bide en salles.

Je n'ai pas dit que Godart, c'est un évangile. Mais il a apporté une liberté de ton et de la mise en scène qui a permis à nombre d'auteurs de se permettre, par exemple, qu'il ne se passe rien sur un plan, en apparence... Ou encore qu'un personnage puisse dire des choses aussi banale que:

et ainsi être aspiré par la simplicité du signifiant vers la magie de l'instant cinématographique d’icône idéalisés.

Et ça n’empêche pas de trouver ce genre de scène tout aussi appréciable :

Ici c'est l'effet inverse, surenchère du signifiant vers la magie de l'instant cinématographique d’icône idéalisés. Ici aussi le piège est risqué de comprendre la scène dans le mauvais sens. Dans les deux cas, c'est du second degré. LE plus fort c'est d'avoir pu laisser passer une scène pareil dans un film US.

Et dans les deux cas 99,99999% des auditeurs n'ont pas été réceptif à la perspicacité des auteurs comme j'ai pu le constater en discutant d'Iron Man avec d'autres.
Attention à ne pas confondre art et divertissement, car là, l'art peut devenir très chiant.

Zarbu a écrit:
C'est que ça bouffe un acteur. Puisque le théatre n'est plus à la mode et qu'on ne peut pas payer les intermittents à rester chez eux ad vitam, il faut bien leurs financer quelques films. Tu connaissais Julie Gayet avant "l'affaire" ? Elle n'a joué que dans des films de ce genre, inconnus et déficitaires, et ils sont nombreux comme elle.

Tous les cinéma sont subventionné, dans tout les pays. L'arrêt des subventions, c'est l'arrêt des cinéma d'art et d’essai. Je ne crois pas au vertu de l'économie, et encore mois que ce puisse être une valeur d'évaluation de la légitimité d'une œuvre. Par exemple les films de Kurosawa étaient difficiles à monter à cause des thèmes abordés, qui  on dû pour certains être financé par Coppola/Lucas, la France ou les russes, avec respectivement Kagemusha, Ran et Derzuuzala, deux chefs d’œuvres ultimes, auquel on peut ajouter aussi Dodes'kaden qui financé par l'état fut un échec au box office, trop complexe pour du diversement (un moment difficile pour l'auteur). Les exemples d’œuvres magistrales et financées par des fonds d'états sont légions, et généralement, c'est le seul moyen de faire du cinéma, les investisseurs privés cherchent généralement un dividende et favorisent le divertissement à l'art. En France je pense au Madame Butterfly de Mitterrand, j'ai beaucoup de tendresse pour ce film.



(je ne me souviens pas de Julie Gayet...)

Zarbu a écrit:

L'autre a écrit:
Tu comprends pourquoi il lui fume son cigare au visage alors?! ; )
Je l'ai ressenti comme un manque de respect envers l'auditeur, l'interviewer n'étant qu'un média entre l'interviewé et l'auditeur, il est transparent (il est censé l'être en tout cas).
Et quand on lui parle de Tarantino il répond du tac au tac "il n'a pas payé". Alors qui est frustré ?

La thune, tout ça n'est qu'une question de thune.


Godart n'a aucun problème d'argent, il a une belle fortune qui lui permet de rien glander. En fait Godart se fout de la gueule des ricains qui n'oublient jamais d'empocher leurs droits d'auteurs, en bafouant ceux des autres: Infernal Affair/Les Infiltrés.
La règles des droits d'auteurs imposés par les anglo-américains au reste du monde , c'est donner le pouvoir à ceux qui peuvent payer. Tout comme la taxe carbone. Et le pire c'est que ça ne fonctionne que dans un seul sens. On les paye eux, mais eux ne paient pas, même quand ça fait un oscar.

Et il se moque de l'auditeur aussi oui, car la plupart lui crache déjà à la figure, même sans fumée. Un cinéaste fait un film, et on l'insulte. Aussi nul soit son film d'après l'audience, si l'auteur a été sincère dans son échec, on devrait l'aider à oublier plutôt que de l'écraser. De mon point de vue, j'aime son irrévérence, c'est bien de chez nous, tout comme Depardieu. (d'ailleurs je viens de voir Welcome to New York, magnifique et surprenant.)

Par exemple j'ai lu une interview de Miyazaki qui disait qu'il en avait mare qu'on le fasse chier dans la rue ("je peux vous prendre en photo") Tu le croiserais il pourrait t'envoyer balader comme Godart le fait avec ce journaliste.
Les artistes sont des chieurs, rarement des soumis. Et ils sont proportionnellement chieurs à l'état de mollesse de l'audience à laquelle ils essaient naïvement de s'adresser pour partager avec eux leurs émotions. On peut devenir agressif dans ces moments là, en tant qu'artiste. À notre époque la solitude de l'âme c'est la rançon de la liberté.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zarbu
--
--
avatar

Messages : 597
Date d'inscription : 11/10/2011
Age : 239
Localisation : Chez Gork et Mork

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Sam 31 Mai - 21:01

Merci de prendre le temps de me répondre à chaque fois. J'adore asticoter tes convictions. Tu restes droit dans tes bottes et argumentes un max, et je comprends. Enfin, pas tout, je dois faire parti des 99,99999% car j'ai pas compris ce qu'il y avait à comprendre dans la scène d'Ironman. Je suis pas d’accord avec tout mais je comprends.

A mon avis, Welcome to new york n'est ni magnifique ni surprenant. Bon, magnifique peu être pour le jeu de Depardieu et seulement si on déteste Straus Kan (ce qui devrait être le cas de toute personne normalement constituée), mais le film lui même ne casse pas trois pattes à un canard justement parce qu'il n'est pas surprenant. A moins d'avoir vécu dans une cave lors de l'affaire, tout est su et connu d'avance. C'est peut être un film nécessaire pour ceux qui ne s'étaient pas du tout intéressés à "l'affaire du Sofitel" à l'époque, mais très dispensable pour les autres.

Julie Gayet, quand même ! C'était le plan cul de notre président Hollande. Il s'est fait gauler et sa copine Valérie Rothweiller s'est barrée. C'est pas parce que c'est pas intéressant qu'il ne faut pas suivre un minimum l'actualité mainstream. On s'est quand même tapé une honte internationale sur ce coup là !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'autre

avatar

Messages : 3620
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 136
Localisation : Citadelle des Nibelungen

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Dim 1 Juin - 16:11

En fait je pensais que tu parlais du film "L’affaire" (et du coup je tournais en rond). Évidemment que j'ai suivi le coup du président mis en scène pour occuper l'esprit critique des gens. Tout comme Bigmalion, le FN et d'autres, encore et encore.... Mais j'avoue que j'avais oublié son nom.

Après pour Welcome to New York, ça n'est encore une fois que mon point de vue. J'ai pensé à Truffaut avec la femme d'à côté (il y avait d’ailleurs un extrait de Domicile conjugal dans le film).
Et je m’étais justement intéressé à l'affaire de près, suffisamment pour savoir faire la part entre le vrai et le faux et c'est justement pour cette raison que je ne voulais pas manquer l’interprétation, et il serait naïf que de penser que c'est arrivé par hasard...

"En politique rien n'arrive par accident.
Si quelque chose se produit vous pouvez parier que cela a été planifié de cette façon."


F.D Roosevelt (1945)


DSK était destiné à être notre président, et personne ne peut nier qu'il était alors l'homme politique le plus influent de l'Univers qui aurait changer les rapports de forces. Et alors comment croire à l'heure où tout les meurtres rituels sur groupes d'enfants de toute couleurs perpétrés par une oligarchie mondialiste régnante sont étouffés systématiquement, lui le calife, il tombe avec une couverture médiatique aussi bien ficelée, pour une pipe sur une femme consentante de 31 ans? http://www.lexpress.fr/actualite/politique/affaire-dsk-nafissatou-diallo-je-sais-ce-que-je-fais_1008566.html
Sincèrement Zarb, quel était ton opinion sur Strauss-Kahn avant qu'on commence à parler de ses partouzes, avant même l’évènement du Sofitel d’ailleurs?

Étrangement DSK participait activement au projet de Kadhafi sur la mise en place d'une nouvelle monnaie panafricaine basée sur l'or. Et qu'est-il arrivé à Kadhafi?
http://maliactu.net/ce-que-la-majorite-des-africains-ignorent-de-mouammar-kadhafi/


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zarbu
--
--
avatar

Messages : 597
Date d'inscription : 11/10/2011
Age : 239
Localisation : Chez Gork et Mork

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Mar 3 Juin - 0:00

Je suis un peu au courant de l'histoire de Kadhafi et pourquoi il a été assassiné. Déjà l'histoire du satellite Rascom 1 avait bien énervé les occidentaux, mais les états unis d'afrique avec une monnaie et une banque centrale c'en était trop. Il fallait le zigouiller vite fait, ne serait-ce que pour l'exemple, que tout le monde comprenne que l'Afrique est à nous ! De savoir que c'est notre président et notre armée qui ont fait ça, et qu'après le traitre Sarkozy est allé à l'enterrement de Mandela comme si de rien n'était, franchement j'ai honte.
La Lybie qui était l'un des pays africains les plus évolués avec l'Afrique du Sud est devenu un vrai coupe gorge, comme l'Irak avant et la Syrie maintenant (encore que, bien que les médias ne parlent que de la "guerre civile" en Syrie, c'est surement le pays le moins violent des trois).

Quant à DSK, je l'ai toujours trouvé antipathique. Quand je le voyais avec son gros cigare (décidément je dois avoir un problème avec les hommes à cigares  Rolling Eyes ), je ne l'imaginais pas plus en homme de gauche que Sarkozy. Je sais bien que le PS comme l'UMP font tous les deux des politiques libérales d'ultra droite dictées par l'Europe et par Wall Street, mais j'avais quand même été soulagé que l'affaire du Sofitel l'écarte de la course à l'Elisée... Pas que je sois ravi qu'il fut remplacé par Flamby No

Il est sioniste, européiste et probablement atlantiste. Je ne l'imagine pas désobéir à ses maitres. Si les USA voulaient que le FMI ne soutienne pas le projet Zhou, ils n'avaient probablement qu'à ordonner à DSK de ne pas signer, pas besoin de le mettre en tôle pour ça. De plus tu n'imagines pas un instant qu'il ait pu devenir présidentiable sans que cela ne soit orchestré par l'oligarchie. Il faisait partie du système, il aurait été parfait pour succéder à Sarko comme président aux ordres du nouvel ordre.
Après je suis loin d'être un expert, mais du peu que je sais, j'imagine mal DSK soutenir les projets des chinois et de Kadhafi. Kadhafi voulait faire un fond monétaire africain, concurent du FMI, je ne vois pas DSK saborder son propre navire en soutenant la Lybie... Et tu penses que DSK le sioniste aurait laissé à un arabe un tel pouvoir ? Il y avait certainement un coup fourré derrière tout ça, même sans Sofitel ni Sarko, Kadhafi s'est condamné quand il a commencé à traiter avec les occidentaux sans avoir un soutien inconditionnel de la Chine et la Russie, comme Bachar. Et même Bachar, il se fait lâcher, ses jours sont comptés.

Alors pourquoi le Sofitel ?
Il se dit laïque mais a surement baigné dans la culture talmudique où les goys sont des sous-humains et où violer une femme goy (noire en plus) n'est pas bien grave. Sauf qu'il est tombé sur des flics et des journalistes zélés. Peut être l'affaire n'est-elle pas plus compliquée que ça, les explications les plus simples sont souvent les meilleures.
Peut être qu'il se sentait vraiment puissant et qu'il a été piégé parce qu'il pensait pouvoir se taper les usa comme il se tape une call girl... Ca parrait peu crédible, il est surement plus intelligent que ça.
Peut être alors qu'il ne voulait pas être président et qu'il a été volontaire pour le Sofitel, débarassant ainsi les USA de Zhou et lui de la présidence d'un seul coup. Ca expliquerait pourquoi sa femme l'a quitté. Elle était restée jusque là malgré les parties fines (tout New York était au courant depuis longtemps, elle ne pouvait pas l'ignorer) mais elle l'aurait quitté parce qu'il avait brisé son rêve de devenir première dame. En récompense on lui a permit de gagner en quelques années une belle fortune, il a maintenant un train de vie de milliardaire sans avoir besoin d'Anne Sinclair.

Bref, on ne saura jamais mais une chose est sûre : complot ou pas, Tristane Banon, Piroska Nagy, Myrta Merlino, le Carlton, le Sofitel... Ca fait beaucoup pour un honète homme ! Il savait qu'il se ferait piéger à cause d'une histoire de cul, c'est parce qu'il n'a jamais été clean de ce coté là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'autre

avatar

Messages : 3620
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 136
Localisation : Citadelle des Nibelungen

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Mar 3 Juin - 1:37

Bouarf!!  

Les frères Kennedy ont tué Marylin Monroe et on a pas fait un flan! (parce qu'elle était blanche, blonde et chrétienne?)

Il en faut pas te sentir honteux, la guerre de Libye est une guerre où la France dans les mains de Sarko a servie de prête nom. Il connaissait les plans pour la Libye, bien avant le fameux prêt pour sa campagne. Il ne faut oublier qui est son frère...

Il y a eu une réunion secrète entre Kadahfi et DSK (DSK n'avati asp besoin d'argent et d'ailerus , tiens, il aurait fait sa campagne avec les sous de sa femme? Drôlement indépendant comme élection? Pas d'armement? Pas de dictateur? Pas de drogues? pas de Mafia pour le financé? Mais alors ils aurait fait ce qu'il veut? C'est l'argent qui tiens les hommes politique, et il en avait...), la Libye recevait le soutient du FMI officiellement et chez ceux qui nous gouvernent il n'y a pas un bloc unis autour d'intérêt commun, mais une rivalité qui n'est pas étrangère au blocs continentaux, une guerre sous nos yeux, dont nous sommes les spectateurs crédules.

Une fois accepté la tromperie khazare qui explique les comportements de ce peuple (cf Le molochisme), on comprend qu'ils sont aujourd’hui instrumentalisés par les congloméras pour servir en dernier lieu de bouclier Humain. Les plus puissants sionistes n'habitent pas dans la terre sainte, ils l'abandonneront dès que ce sera le moment. Le sionisme a été récupéré dans les années 20 pour légitimer la politique coloniale des industriels anglo-américains.

Je ne rentrerai pas dans davantage de détails, mais il serait naïf de croire que les médias aurait menti sur tout, sauf sur l'affaire DSK.

Je n'aime pas le cigare, et je ne m'arrête pas non plus aux apparences, et je ne dit pas non plus que c'est l'homme providentiel. Pour qu'il se fasse dégager ainsi, c'est que sa penchait plutôt du mauvais côté pour certains...

Je pense à OJ Simpson simple sportif acquitté pour un double meurtre, ou Polanski pour un viol rectal sur enfant drogué encore récemment couvert de gloire, DSK était finalement un homme bien fragile pour tomber pour une pipe qui tourne mal. (je rappelle le lien, j'ai l’impression qu'il est pas passé: http://www.lexpress.fr/actualite/politique/affaire-dsk-nafissatou-diallo-je-sais-ce-que-je-fais_1008566.html "Je sais ce que je fais!" c'est signé non? Et Tristan, là aussi c'est du dossier pourri. )
Comme disait la femme de Dieudo ( lors d'un spectacle, en parlant à dieudo): "Tu vois t'aurais dû m'tuer à coup de point! Aux moins tu pourrais faire Avignon!" (en référence à Bertrand Cantat)....

Pour corrompre un homme politique on lui fout une affaire de meurs dans les pâtes, et certaines mères elles aussi manipulées n'ont pas de scrupules... Et avec certains c'est easy. Une chose est incontestable, DSK avait le choix de se soigner. Mais dans son entourage personne n'aura fait quoi que ce soit pour l'y forcer.

Un jour on pourra discuter de vive voix, et je te déroulerai la bande d'enregistrement, c'est effectivement simple, efficace et performant, et il y en aura d'autres pour illustrer encore et encore la méthode.

: )



.

_________________



Dernière édition par L'autre le Mer 4 Juin - 2:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zarbu
--
--
avatar

Messages : 597
Date d'inscription : 11/10/2011
Age : 239
Localisation : Chez Gork et Mork

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Mar 3 Juin - 10:00

L'autre a écrit:
je rappelle le lien, j'ai l’impression qu'il est pas passé
Il est passé mais comme l'article de l'Express se base en partie sur un article du New York Post pour lequel ils ont été condamnés (et encore des sous pour Nafisatou)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'autre

avatar

Messages : 3620
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 136
Localisation : Citadelle des Nibelungen

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Mar 3 Juin - 16:30

Les récits ne sont pas moins authentiques (depuis largement corroborés)! Et je pense que l'affaire aura été étouffée (à la fin du procès plus rien ne fuitait...) discrètement pou éviter certaines fuites impliquant des personnes ou organisations....

Dialo est une "femme de joie" qui "travaillait" au Sofitel, elle servait aussi de prête nom pour blanchir de l'argent (des centaines de $ on été retrouvé sur "ses" comptes), elle a été placée par des services qui ont organisé son émigration frauduleuse sur le territoire américain, et c'est comme ça tout le long.
Elle aura perdu au final toute crédibilité, et il aura suffit de 1,5 millions de dollars pour évacuer l'affaire.

Si le crime avait été réel, elle aurait empoché le pactole (Tout se paye et DSK aurait payé cher pour éviter la prison), 1,5 Millions c'est ridiculissime en comparaison des charges retenues contre DSK, et compte tenu de sa solvabilité. Pour comparaison, l'épouse Balkany en France, aura dû payer 1 million d'euro pour payer sa caution: http://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/0203512244146-isabelle-balkany-en-garde-a-vue-672566.php soit 1,3 Million US$. http://www.linternaute.com/actualite/monde/nafissatou-diallo-vivrait-desormais-dans-un-luxueux-appartement-0113.shtml

p.s: Le New York Post a été condamné pour mensonges ou infraction au secret de l'enquête? Je n'ai pas retrouvé l'info.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zarbu
--
--
avatar

Messages : 597
Date d'inscription : 11/10/2011
Age : 239
Localisation : Chez Gork et Mork

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Mar 3 Juin - 17:14

http://www.europe1.fr/International/DSK-Nafissatou-Diallo-a-touche-1-5-million-1385977/
http://www.lejdd.fr/Societe/Justice/Actualite/Le-montant-de-l-accord-DSK-Diallo-revele-dans-le-JDD-586999
Ils n'ont pas été condamnés en fait, comme DSK, ils ont payé pour éviter un procès
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'autre

avatar

Messages : 3620
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 136
Localisation : Citadelle des Nibelungen

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Mar 3 Juin - 20:48

Donc on ne connait pas les raisons de l’étouffement du procès.
Car le procès arrivé à un certain point qui correspond certainement à la fin des investigations des avocat de DSK,
aura été finalement réglé très rapidement et se sera soldé par 1,5 millions US$.

Pourtant, quand on lit le cas qui aura servit de jurisprudence:

"Pour arriver à cet accord, les avocats ont travaillé avec le juge Douglas McKeon à partir d’affaires jugées dans l’État et qui pouvaient se rapprocher de celle de Nafissatou Diallo. Ils se sont notamment fondés sur le cas d’une jeune femme violée et molestée dans le hall d’un immeuble de standing dont le gérant avait négligé la sécurité de l’immeuble. Les assureurs ont été condamnés à payer une somme qui avoisinait le million de dollars"

Un million pour les assureurs!!!! Pas le coupable du viol!! Combien aurait dû payer le coupable alors? Cette comparaison est complètement bidon!! C'est monté de A à Z pour évacuer l'affaire au plus vite!

DSK a violé Dialo, donc  de toute façon  c'était cuit. Pour se blanchir le mieux pour lui, c'était de reconnaître les faits, payer un truc bidon et se barrer.
Et si Dialo a été placée là par une main occulte, c'est à dire que DSK s'est rendu coupable de viol sur un agent infiltré qui devait obtenir les preuves d'un corps à corps, il est évident qu'aucun procès n'aurait pu aller à terme. Et je crois que DSK a bien arrondi ses fins de mois depuis l'affaire, un accord conclu avec des intermédiaires?

Je viens de tomber sur cette vidéo:


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zarbu
--
--
avatar

Messages : 597
Date d'inscription : 11/10/2011
Age : 239
Localisation : Chez Gork et Mork

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Mar 3 Juin - 22:40

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zarbu
--
--
avatar

Messages : 597
Date d'inscription : 11/10/2011
Age : 239
Localisation : Chez Gork et Mork

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Mar 3 Juin - 22:54

L'autre a écrit:
Comme disait la femme de Dieudo ( lors d'un spectacle, en parlant à dieudo): "Tu vois t'aurais dû m'tuer à coup de point! Aux moins tu pourrais faire Avignon!" (en référence à Bertrand Cantat)....
Et de quel sketch ça vient ? Celui là, justement. Je suppose que c'est pas un hasard ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'autre

avatar

Messages : 3620
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 136
Localisation : Citadelle des Nibelungen

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Mer 4 Juin - 2:07

Anal+!

Je concède à JLG une certaine âpreté, qui assèche le spectateur de divertissent. Godart est un épistémologue de l'art, et de fait il s'adresse surtout au artiste où sa réflexion est essentiellement artistique. Mais cette étude a pour but de servir l'essence du message artistique où l'artiste est un veilleur de nos sociétés.

La vidéo suivante peut aider ceux qui le souhaite, à comprendre un peux mieux son cinéma:



(interview complet dont l'extrait figure au début de ce topic,et qu'il allume son cigare au bout de 16 min, ce qui est un temps normal pour n'importe que fumeur. Et je dirais même qu'il a eu a politesse de ne pas l'allumer dès le départ, ce qui est plutôt le réflexe d'un fumeur impolis.)

n.b: voir à 00:21:35 excellente illustration du propos du film, autour du mot "fichier", sur le terrorisme du langage.


p.s: pour Cantat, voir la fin du sketch. (j'ai rectifié la citation que j'avais faire qui était inversée, c'est sa femme qui lui suggérait l'idée, ça ne change rien à mon exemple)
D’ailleurs l'affaire DSK montre bien que le sionisme de DSK n'a rien pu faire pour lui, une autre preuve qui illustre bien que le groupe qui l'a fait tombé sert d'autres intérêts et qu'ils sont plus forts. voir 16:30 dans la vidéo: "Il aurait jamais dû être choppé!"



@Zarb: tu n'arrives pas

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'autre

avatar

Messages : 3620
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 136
Localisation : Citadelle des Nibelungen

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Jeu 5 Juin - 13:22


La forme peut paraître incohérente, pourtant elle est d'une puissance stylistique inouïe.
Et cela fait sens aussi.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zarbu
--
--
avatar

Messages : 597
Date d'inscription : 11/10/2011
Age : 239
Localisation : Chez Gork et Mork

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Ven 6 Juin - 0:10

L'autre a écrit:
@Zarb: tu n'arrives pas
Où ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'autre

avatar

Messages : 3620
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 136
Localisation : Citadelle des Nibelungen

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Ven 6 Juin - 5:00

Ah oui dis comme ça, ça ne veut rien dire!   

Donc ma question était: Zarb, tu n'arrives pas à éditer tes posts?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'autre

avatar

Messages : 3620
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 136
Localisation : Citadelle des Nibelungen

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Ven 6 Juin - 16:45

Échanges sur le Net:

timtrimm - 28/05/2014 09:10:04

En France les intellectuels se partagent en deux : ceux qui tiennent un discours accessible mais font parfois aller jusqu'à l'essence même des choses en transportant leur "public" à des profondeurs (= des hauteurs) insoupçonnées. Et puis il y a ceux qui tiennent un langage hermétique, si incompréhensible que leur "public" ne va surtout pas se ridiculiser en reconnaissant qu'ils n'y entend rien (les moutons de Panurge, vous connaissez ?). Cette dichotomie a pu être constatée en philosophie ou en psychanalyse : Jacques Lacan, qui ne dit au fond pas grand'chose sous le vernis de la préciosité, est un exemple parfait de ce deuxième courant susmentionné. Malheur à celui qui aurait osé lui demander un peu de clarté ! Godard, c'est le Lacan du cinéma.

Dise Nore - 28/05/2014 11:20:00

@timtrimm : Pourquoi tant de reproches? Godart et ces "intellectuels" vous doivent quelque chose? : ) Que nous est-il arrivé? On mesure tout, même les artistes, qui a priori ont toujours touché un petit nombre d'âmes sensibles à leurs langages? N'oubliez pas qu'un artiste existe en réaction, que son œuvre soit pertinente ou pas. Et on ne peut pas reprocher à un artiste d'être intelligible, rien, aucune loi ne l'y oblige. Alors soyez aimant passez votre chemin, et partagez vos sentiments de joie et d'amour quand il y en a. Ce sera un acte de bienveillance et un mouvement salvateur! : ) Quand à moi, je dirai que la bande annonce du film m'a évoqué le souvenir résiduel d'une mémoire affective traversée d'images et de moments que l'on ne veut pas oublier et qui pourtant disparaissent déjà, dégradation lente des détails, surévaluations des couleurs... J'ai trouvé cet extrait touchant. Toute œuvre qui est intelligible intégralement, est un message qui n'a rien à annoncer qui n'ait déjà été dit. Godart est un maître, et il faut le protéger car il est un des derniers.


zigopétale - 29/05/2014 22:10:30
Une critique intellectuelle, oui. Pour Godard ce n'est l'outil adapté. Plutôt le sentir, car là est son domaine et pour ceux qui comme moi sentent, quel le force, quelle richesse....

Paladin - 06/06/2014 11:49:32

@dise-nore : "Toute oeuvre qui est intelligible intégralement, est un message qui n'a rien à annoncer qui n'ait déjà été dit." en même temps, comme le dit trés bien le journaliste de la critique ici écrite et avec beaucoup de courage, tout ce que dit Godard dans ses films a déjà été dit milles fois par d'autres et en mieux :)Godard est comme un publiciste, il ne fait que recycler des courants littéraires et philosophiques en "forme de cinéma", il n'invente ni ne crée aucune pensée (ou alors de comptoir, n'importe lequel de ses aphorismes produits par un autre que lui dans un bar du coin, vaudrait à son auteur des ris et des quolibets.

Dise Nore - 06/06/2014 15:41:41

@Paladin : (Merci pour votre suite cordiale). Et s'il est un porte voix, même maladroit de ce que d'autres ont déjà dit, aussi perturbant que cela semble paraître pour certains, pourquoi ne pas s'en réjouir? Car à ce que je vois, il semble qu'encore trop peu aient compris ce qui a déjà été dit. De fait, certains, lucides, essaient de nous répéter ces messages de sagesse encore et encore. (cf. citation Hannah Arendt dans sa vidéo pour le Président du festival de Cannes.) Et à ce que je vois du monde que nous habitons (qui pourrait s'en réjouir sainement?) nous avons encore besoin qu'on nous répète la plupart de ce qui a déjà été dit. Car si tout ce qui a été dit avait été intégré, et bien tous se réjouiraient de ce film, et de tous les films, oeuvres, naissances, que l'enfant soit beau ou moins beau, et on ne serait pas là à devoir passer du temps à écrire sur une page web, dernier espace de liberté, cette liberté qui n'existe plus, cette soumission qui est totale, nous pourrions échanger physiquement à la lumière du jour, au milieu d'une plaine disponible pour tous, et nous serions riches d'abondance et de paix. C'est pourquoi nous devons nous réjouir que certains paraphrasent encore. Car tout a été dit, les réponses, les clefs sont devant nous, mais aveugles, nous avons besoin d'un feutre veleda pour surligner pour nous ces messages de sagesse. Donc oui , Godart c'est un veleda et c'est absurde de reprocher à un veleda d'être Velléda. Réjouissons en nous, car les ennemis sont ailleurs.




http://www.lexpress.fr/culture/cinema/jean-luc-godard-a-bout-de-souffle_1546699.html?cache=96a846beac9cf4f18ec9ff007a888884

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zarbu
--
--
avatar

Messages : 597
Date d'inscription : 11/10/2011
Age : 239
Localisation : Chez Gork et Mork

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Ven 6 Juin - 17:57

C'est Stabilo pour surligner, Veleda c'est pour les tableaux blancs.
Ok je sors...

L'autre a écrit:
Donc ma question était: Zarb, tu n'arrives pas à éditer tes posts?
Si, si. C'est parce que j'ai fait deux posts pour deux vidéos ? Désolé, j'ai juste pas pensé à éditer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'autre

avatar

Messages : 3620
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 136
Localisation : Citadelle des Nibelungen

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Ven 6 Juin - 18:12

Ah non ça ne me dérange pas, je voulais juste m'assurer qu'il n'y avait pas encore un soucie au niveau de la config des autorisations! : )

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'autre

avatar

Messages : 3620
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 136
Localisation : Citadelle des Nibelungen

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Sam 14 Juin - 19:36

Billet par Olivier SÉGURET pour Libé:






Le cinéaste crée le scandale en affirmant, dans une interview, que Hollande devrait nommer Marine Le Pen au poste de Premier ministre. Une pure provocation godardienne.

Qu’espère-t-on de Jean-Luc Godard ? Qu’il parle ? Qu’il se taise ? Qu’il vienne à Cannes ? Qu’il reste chez lui ? Qu’il disparaisse ? Un entretien accordé au Monde provoque un émoi qui, une fois encore, devrait davantage interroger sur l’état lamentable dans lequel les «idées», le «débat intellectuel» sont aujourd’hui restitués par la sphère internet plutôt que sur la nature réelle de l’emmerdeur en chef Jean-Luc Godard, qui en est à l’origine.

Une phrase, répondant à une question sur les élections européennes, fait particulièrement outrage: «J’espérais que le Front national arriverait en tête. Je trouve que Hollande devrait nommer – je l’avais dit à France Inter mais ils l’ont supprimé – Marine Le Pen Premier ministre.»

Il y a bien longtemps, soumis par Bernard Pivot à la question «Qui mettre en effigie sur les billets de banque ?», Godard avait répondu «Adolf Hitler» et on ne voit pas de meilleur rapprochement pour souligner, sinon applaudir, la constance de la dialectique godardienne. Cette langue que Godard emprunte lorsqu’il intervient dans le débat politique est celle de son cinéma, la seule qu’il connaisse. Avec ses effets de montage abrupts : les portraits face-à-face de Golda Meir et de Hitler dans Ici et Ailleurs en 1976. Avec ses aphorismes savoureux et cruels : «Le drapeau suisse, ça veut dire le sang des autres, je fais une croix dessus». Avec aussi ses métaphores rugueuses, irritantes : dans Notre musique, sorti en 2004, il juxtapose et commente des photos anciennes montrant, pour l’une, des juifs arrivant en Israël par la mer, et pour l’autre, des Palestiniens qui au contraire embarquent, ce que la voix-off de JLG légende ainsi: «Les Israélites vont vers la Terre promise, les Palestiniens vont vers la noyade. Le peuple juif rejoint la fiction, le peuple palestinien le documentaire.»

La langue de Godard s’est toujours exprimée dans une verve de fomentateur, qui excite les plaies et fait chier le monde. Mais les phénomènes d’accélération hystérique produits par la jungle médiatique moderne semblent rendre impossibles aujourd’hui l’écoute de la voix qui porte ces mots. Les sortes de joutes que Godard a toujours cherché laissent place à un hallali, pour ne pas dire aux dégueulis. Twitter, de ce point de vue, est devenu une incroyable plateforme pour les prises de position à deux balles sur un ton de rombière suffoquée. On ne lit pas l’entretien, on en retweete les échos. On ne réfléchit pas à ce que peut signifier la pittoresque proposition d’une Le Pen Premier ministre dans la bouche de monsieur Pierrot le fou, on surjoue l’apoplexie réflexe et indignée.

Faire passer Godard pour un méchant a toujours été d’autant plus simple que c’est une perche qu’il a lui-même maintes fois tendue. La vérité est que Godard est un piètre politique : il est beaucoup trop artiste pour ça et c’est justement ce qui fait la valeur de ses visions politiques. En revanche, c’est un pur engagé. On ne voit pas d’autre exemple de révolte aussi sincère, profonde, durable, indéracinable, appliquée à tout. Une insurrection permanente dont sa compagne Anne-Marie Miéville a saisi l’essence en proposant à l’intéressé d’écrire sur sa pierre tombale ces deux mots : Au contraire…

http://next.liberation.fr/cinema/2014/06/11/jean-luc-godard-l-insurrection-permanente_1038932

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'autre

avatar

Messages : 3620
Date d'inscription : 28/07/2011
Age : 136
Localisation : Citadelle des Nibelungen

MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   Mar 19 Mai - 14:56


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[cinéma] Adieu au langage (annexe: Wellcome to NY)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Welcome to Crimson Cafe from Our Members!
» ------WTB------ *4F Agnes, Adieu, Achillea, Kappa 4, Paige, Nadine, Satie
» Double Langage
» Proder Maniac : le site des produits dérivés ciné, manga, comics!
» Cinéma maison: BATCAVE ! ! !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HOBBIES :: BDxMangaxAnimés x Cinemas-
Sauter vers: